Dry Tortugas Floride

Que calor ! #10 – Dry Tortugas en hydravion

Une journée à Dry Tortugas en hydravion

Rien que le nom m’évoque la piraterie ! On ne pouvait pas rater ce « Must do » des Keys. Encore une fois, nous nous levons aux aurores, bien aidés par le coq ayant élu domicile dans un arbre proche de notre chambre. Ils ont un problème les coqs de Key West ? Ils n’attendent même pas le lever du soleil pour chanter ! Dès 4h, ils nous font tout les concertos de leur répertoire !

Cette fois-ci, c’est un Uber qui vient nous chercher à 6h30 pour nous déposer à l’aéroport de Key West. Nous allons rejoindre Dry Tortugas, non pas par la mer (et le ferry), mais par les airs ! Nous y allons en hydravion !

Il faut se présenter 1/2 avant l’heure prévue de décollage (7h30). Nous sommes les premiers arrivés peu avant 7h. Au comptoir de Key West Seaplane Charters, nous sommes accueillis par un homme un peu bourru mais néanmoins sympathique. Nous avions réservé notre vol plusieurs mois à l’avance, sur leur site internet. Sur place, nous payons les frais d’entrée du parc (en espèce uniquement). Il nous donne ensuite quelques informations sur le parc national et nous remet une glacière numérotée (pour la retrouver parmi toutes les glacières identiques). Il propose plusieurs tailles de glacière qu’il remplit généreusement de glace et de bouteilles d’eau. De notre côté, nous avons embarqué avec nous des bières et de quoi grignoter sur place. Sur Dry Tortugas, il n’y a ni boutique, ni restaurant ! Il nous remet enfin nos boarding pass avec le nom de notre pilote, Gary. Nous en profitons également pour réitérer la demande faite lors de la réservation pour que Vince puisse prendre place à côté du pilote pendant le vol. Progressivement, les autres passagers arrivent. 2 avions partirons ce matin. Nous sommes donc une vingtaine à attendre nos pilotes respectifs.

C’est enfin l’heure du départ. Nous remettons les boarding pass à Garry et le suivons en direction du tarmac. Nous sommes les premiers à monter dans l’hydravion de 10 places. Vince s’installe à la place du copilote et moi, je me mets juste derrière.

L’autre avion part avant nous et nous assistons à son décollage. Nous le suivons sur la piste et c’est bientôt à notre tour de prendre notre envol. Le casque sur les oreilles, nous nous éloignons rapidement de Key West. C’est magique de la voir depuis le ciel ! Les 45 min de trajets jusque Dry Tortugas seront grandioses. Nous passons au dessus de nombreux îlots. Nous voyons des tortues, des épaves de bateaux échoués et du bleu à n’en plus finir. Quand nous approchons de Dry Tortugas et son sanctuaire marin, nous pouvons enfin admirer la seule barrière de corail vivant des Etats Unis qui s’étend de Key Largo jusqu’ici. Et enfin, nous apercevons Fort Jefferson ! L’amerrissage est bien plus doux que je ne l’avais imaginé. Nous accostons sur une petit banc de sable, non loin de la langue menant à Bush Key, inaccessible aujourd’hui parce les oiseaux y ont pris leurs quartiers pour leur reproduction. Tant pis, nous devrons nous contenter de la partie principale. Je ne peux même pas dire que je suis déçue, c’est déjà énorme d’être ici ! Avec l’hydravion, nous arrivons une bonne heure avant le ferry. Cela signifie que pour le moment, nous ne sommes que 20 visiteurs sur toute l’île. Et il faut en profiter ! Avant cela, Gary nous donne quelques conseils et recommandations concernant le parc. Des toilettes sont accessibles jusqu’à l’arrivée du ferry. Une fois celui-ci accosté, les toilettes sont verrouillés et tout le monde (passagers de seaplane inclus) doit utiliser les commodités du bateau. Il nous conseille également de laisser nos affaires à l’ombre sur la plage en retenant bien le numéro de notre glacière.

Seaplane Adventure

Nous déposons nos affaires sur une table de pique-nique, à l’ombre, juste devant l’entrée de Fort Jefferson. Nous profitons de la faible fréquentation du moment pour commencer notre visite par ce dernier. Fort Jefferson, dont la construction a commencé au début du 19ème siècle sur Garden Key, devait  être une base navale ayant pour but de combattre la piraterie dans les Caraïbes. Le projet fût vite abandonné au profit de la construction d’un phare pour faciliter la navigation. Dommage pour nous, ce phare était en rénovation au moment de votre visite. Il a aussi tenu le rôle de prison dont on peut visiter les vestiges. Ce devait un véritable supplice d’être enfermé ici, dans des cellules aux fenêtres trop hautes pour jouir de la vue. Le fort de Dry Tortugas a notamment accueilli le Dr Mudd, reconnu coupable d’avoir fomenté l’assassinat de Lincoln. Nous avons adoré marcher le long des remparts du fort. La vue de la-haut est magnifique. Elle donne vraiment envie de se baigner. Nous avons tout autant apprécié déambuler dans les alcôves parfois effondrées, laissant apparaître un bleu caraïbes à faire tourner la tête ! Avant de quitter le Fort Jefferson, nous faisons un passage au Visitor Center afin de compléter notre passeport avec le tampon du parc. Nous sortons du fort et souhaitons poursuivre notre balade en parcourant les remparts extérieurs du côté de South Swim Beach qui se situe juste après le camping. On a littéralement l’impression de marcher sur l’eau ! Nous voyons nos premiers plongeurs amateurs. Une famille avec enfants. La plage est encore quasi déserte, le ferry n’est toujours pas arrivé.

Fort Jefferson

Fort Jefferson

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Mais l’appel de l’eau turquoise est trop fort ! Nous n’y tenons plus, nous voulons absolument la goûter ! Vince retourne rapidement à la table de pique-nique pour récupérer nos affaires. Nous nous installons à l’ombre d’un arbre, nous enduisons de crème solaire aux filtres minéraux pour protéger les coraux et attrapons nos masques easy breath Décatlon avant de nous précipiter dans l’eau. Premier constat, elle est très bonne et nous y entrons sans aucune difficulté. Deuxième constat, l’eau est plutôt limpide bien que Dry Tortugas ne se trouve pas dans un lagon. Et enfin dernier constat, c’est bien poissonneux. Et cela tranche avec la présence du fort. C’est ce qui rend le snorkeling à Dry Tortugas si unique. On longe les remparts immergés avec la sensation d’être des explorateurs découvrant des vestiges engloutis.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

 

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

L’utilisation des masques easy breath est simple mais ne nous convient franchement pas. Nous avons tous les deux la sensation d’étouffer là dedans. La barbe de Vince le gène et l’eau s’infiltre. De mon côté, en le gardant trop longtemps (je peux rester nager trèèèès longtemps), j’ai la sensation qu’il fait ventouse sur mon visage. Il n’est pas très pratique quand il s’agit de nager. Nous avions pris avec nous nos masques de plongée habituels. Vince aura vite fait de troquer son easy breath. Il est assez bon en apnée, pour lui ça fera bien l’affaire. Moi en revanche sans mon tuba, que je n’avais pas apporté, c’est plus compliqué. J’alternerai donc entre easy breath et masque classique.

Nous nageons loin et passons l’angle des remparts. On sent que le courant et les vagues sont plus présentes. Cela rend le snorkeling moins confortable. Il faut lutter pour ne pas être repoussé sur la brique immergée. Et comme cette dernière est recouverte de coraux, nous n’avons ni envie de nous blesser, ni envie d’abîmer la précieuse faune et flore sous marine. En fonction de l’heure de la journée, la visibilité sous l’eau est plus ou moins bonne. Vers 13h, c’était vraiment l’idéale. L’eau était vraiment cristalline et plus rien ne la troublait.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Nous voyons arriver de plus en plus de monde, signe que le ferry est arrivé. Enfin, du monde … franchement, j’imaginais qu’il y aurait vraiment plus de monde. Au final, je trouve la fréquentation très raisonnable et bien répartie entre les différents points d’intérêts du parc. Et encore, Bush Key est fermé. Nous passons notre journée entre baignade, pause snacks et bières sur la petite plage et promenade sur l’îlot.

En s’éloignant des remparts pour nager on fait la rencontre d’un poisson d’un autre genre. Un que nous avons eu au bout de notre ligne, la veille … un qui a de grandes dents pas très engageantes ! Barracuda ! En fait, il est très craintif et nous fuit.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Mais, bon, c’est quand même en longeant le fort qu’on observe le plus de choses.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Certains se fondent dans le décors !

Dry Tortugas

Nous irons voir du côté de North Swim Beach mais nous préférons plonger dans l’eau de la plage sud même si elle est plus fréquentée. Il est facile d’esquiver les autres baigneurs qui de toute façon ne s’aventurent pas trop loin du rivage. Nous profiterons de notre escapade vers l’autre plage pour aller voir le ferry de plus près. Beaucoup de monde reste aux abords pour pique-niquer et se contente de la visite de Fort Jefferson.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

En milieu d’après midi, la plage se vide à nouveau. Les passagers du ferry commencent à quitter les lieux. La plage retrouve son calme. Nous en profitons encore un peu avant, nous aussi, de rassembler nos affaires et quitter à regret cet endroit merveilleux. Nous sommes conscient d’avoir eu des conditions climatiques parfaites : pas un nuage à l’horizon et une mer calme.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Nous reprenons place dans l’hydravion, cette fois à l’arrière de l’appareil. Au décollage, nous ne pouvons pas lâcher des yeux Fort Jefferson et le magnifique parc national de Dry Torturas : les paysages sont toujours aussi beaux ! Nous distinguons dans l’eau la silhouette de requins. Le trajet de retour est un peu plus turbulent. Et dans un avion de 10 places, ce n’est pas très rassurant. Mais nous arrivons à Key West sans encombre.

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Dry Tortugas

 

Dry Tortugas

Dry Tortugas

Seaplane adventures

 

Key West

Nous rentrons en Uber à l’Eden House. Nous prenons une bonne douche pour nous débarrasser du sel et de la crème solaire. Nous constatons avec effroi l’inefficacité de cette dernière. Nous avons carbonisé et ce n’est que le début ! La peau n’a pas encore fini de rougir ! Nous avons pourtant pris toutes les précautions et renouvelé la crème fréquemment. Sauf que les filtres minéraux s’appliquent sur peau sèche. Donc autant dire qu’entre la baignade et la transpiration… La prochaine fois, nous opterons pour des maillots anti UV pour protéger les coraux. Bon, nous ressemblons à des homards mais nous ne sommes pas brûlés au point que notre santé soit en danger.

Nous ressortons de l’Eden House pour aller dîner. Nous voulions nous rendre dans le resto à Mallory Square, conseillé par Céline deux jours plus tôt. Mais en route, nous tombons sur le Hard Rock Café de Key West ! L’expérience fut tellement bonne à Orlando que nous voulons absolument tester celui-ci. Nous somme installés en terrasse, en hauteur. Il n’y a encore personne. Nous profitons tranquillement des lieux et de notre Margarita. Encore une fois, nous avons les yeux plus gros que le ventre. Nous prenons les Nachos en entrée à partager, puis les ribs pour Vince et un polled pork sandwich pour moi. Pas de place pour le dessert !

Hard Rock Cafe Key West

J’adore la déco de ce Hard Rock Cafe.

Hard Rock Cafe Key West

Après dîner, nous fonçons jusqu’au CVS pour acheter de quoi calmer nos coups de soleil.

Nous finissons cette journée en nous promenant dans le Old Town Key West  jusqu’à la nuit tombée. Encore une magnifique journée, riche en souvenirs ! Dry Tortugas est définitivement un must do dans les Keys.

Key West

 

Dry Tortugas en version courte

Et en version longue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *