Madisa Camp Namibie

Namibie # 6 – Madisa Camp – Damaraland

Le soleil revient lorsque vous prenons vers l’est, vers notre prochaine destination : Madisa Camp dans le Damaraland.

Après une route monotone et rectiligne le long de laquelle les vendeurs de gemmes et d’artisanat plus ou moins local se succèdent, nous pénétrons rapidement dans le Damaraland nous découvrons les paysages qui nous faisaient rêver avant de venir en Namibie. Au loin, nous distinguons le Brandberg.

Namibie

Rencontre avec les Himbas

Nous bifurquons sur la gauche juste avant Uis et nous tombons sur des Himbas. Nous décidons de nous arrêter pour acheter quelques souvenirs et approcher les membres de cette tribu. Quelques huttes se trouvent derrière l’étale. A priori, ils se sont installés ici pour profiter de la route qui doit drainer quotidiennement son lot de touristes. Nous avions décidé en préparant notre voyage de ne pas faire de tour organisé dans un village Himbas préférant laisser le hasard décider de nos rencontres. Le fait de « visiter » un village en tour organisé me mettait particulièrement mal à l’aise.

Échoppe Himba

Donc, c’est toute heureuse que je descends de voiture, remerciant le hasard. Et bien c’est finalement, l’unique mauvais souvenirs que je garderais de Namibie. Nous avons été très loin de la description romantique d’une rencontre avec ce peuple que j’ai pu lire sur différents blogs et post Instagram. Surement qu’ils étaient trop nombreux derrière cet étale, mais ce sont des Himbas agressifs entre eux et envers nous que nous avons rencontrés. J’ai eu du mal à comprendre comment fonctionnait leur organisation parce qu’ils se battaient presque pour être celui ou celle à qui nous achèterions un bracelet où une petite sculpture en bois. Nous avons essayé de satisfaire tout le monde parce que nous comprenons bien l’extrême pauvreté dans laquelle ils vivent. Je leur ai proposé quelques photos instantanées à conserver en souvenir ce qui a semblé leur faire plaisir, mais dès que je demandais à faire une photo pour moi, ils voulaient me la faire payer. Forcément les rares photos prises ne sont pas réussies, prises à la va vite, façon photo volée. Très très loin d’un instant de partage comme j’ai pu en lire. Peut-être aurait-ce été différent si nous avions eu en face de nous une seule famille sur un petit étal comme nous en avons vu ensuite. Nous ne le saurons jamais. Bien sur, nous ne nous sommes pas arrêtés le long de la route pour rencontrer des Héréros. Les rencontres sont forcément biaisées parce que finalement, nos échanges sont plus économiques que culturels.

Himbas Namibie

Himbas Namibie

Un peu choqués et déçus de cette rencontre, à l’opposé de nos attentes, nous reprenons la route. Nous passons devant de nombreux villages dans un décor de désolation avec le Brandberg en toile de fond. Tout le long de la route C35, nous croiserons des cahutes de vendeurs de souvenirs. Il faut dire que le Damaraland est une région très touristique de Namibie. Ca tranche avec les conditions de vie des namibiens habitants la région. De nombreux enfants bordent la route avec des bidons d’eau vides.

Village Himbas

Lorsque nous quittons la C35 et nous engageons sur la D2612, les paysages sont de plus en plus beaux. Enfin, nous arrivons à Madisa Camp

Namibie

Namibie

Namibie

Madisa Camp Namibie

Madisa Camp

Madisa Camp

Ce camping est un camp local, tenu par des locaux, un peu roots. Comptez 420$N (25€) pour 2 la nuit Pourtant, en plus d’un accueil très chaleureux, il offre tout ce qu’un campeur peut rêver d’avoir comme confort. Chaque emplacement de camping est doté de ses sanitaires privés, à ciel ouvert ! Un chauffe-eau individuel permet même d’avoir de l’eau chaude ! Pensez à acheter du bois à Swakopmund, sinon il est possible d’en acheter à la réception- attention ! prévoyez du cash ! pas de terminal CB au fin fond du Damaraland ! Chaque emplacement est également pourvu d’un BBQ et d’un évier pour la vaisselle. Pour l’électricité, des prises ont été installées sur l’arbre de notre emplacement. Il n’est pas possible de brancher le frigo de notre maison roulante. Trop gourmand en énergie ! Peu importe, à Madisa Camp, nous avons prévu de finir au maximum les provisions de produit frais. Nous passons un contrôle vétérinaire le lendemain, et devons laisser le véhicule dans un lodge pour 2 nuits, moins nous en aurons dans le frigo et mieux ce sera !

Madisa Camp Namibie

Madisa Camp Namibie

Madisa Camp Namibie

Mais Madisa Camp, ce n’est pas qu’un super emplacement de camping ! C’est aussi une piscine super sympa, à côté de la réception qui fait aussi office de bar ! La fameuse piscine où parfois les éléphants viennent se désaltérer. Comme nous, l’eau chlorée n’est pas notre cup of tea, nous sirotons une bière à la fraîche, les pieds dans l’eau.

 

Madisa_Camp elephant
Photo www.info-namibia.com/accommodation/damaraland/madisa-camp

Nous avions réservé auprès de Tourmaline un Elephant tracking au Madisa Camp. Malheureusement, quelques jours avant notre départ, la nouvelle est tombée : le véhicule est en panne. Tous les tracking et sundowners sont annulés jusqu’à nouvel ordre.

Qu’à cela ne tienne, il en faut plus pour nous démoraliser. En arrivant au camp, au moment du Check In nous demandons à faire la marche guidée sur la concession au coucher du soleil.

Après nous être installés, nous profitons de l’après-midi pour nous relaxer à la piscine. Le temps est mitigé, nous prendrons même quelques gouttes.

Madisa Camp Namibie

Marche guidée à Madisa Camp

En fin d’après-midi, nous avons donc rdv à la réception, point de départ de la marche guidée.  Nous découvrons alors que Twyfelfontein n’est pas le seul site de peintures rupestres du Damaraland ! Il y en a à Madisa Camp ! Elles sont certes en moins grand nombre et plus récentes mais elles sont là ! Le guide nous parle de la plante utilisée pour faire le mélange qui servira de peinture. Le suc de cette plante, blanc et laiteux devient orange en s’oxydant.

Madisa Camp

Madisa Camp

Madisa Camp

Madisa Camp

Nous poursuivons notre balade sur la concession, le guide nous en explique le fonctionnement, nous passons devant le puis qui alimente tout le secteur (le camp et le village), le groupe électrogène. Nous marchons ensuite jusqu’au réservoir d’eau où les éléphants viennent s’abreuver. On y voit la marque de leurs défenses qu’ils frottent contre la paroi.

Madisa Camp

Madisa Camp

Madisa Camp

Madisa Camp

Il nous emmène ensuite au village proche du camp. En fait de village, il s’agit de quelques « maisons » rudimentaires accolées les unes aux autres.

Village Madisa

Nous y rencontrons une seule famille. Elle est composée des parents et de leur 5 enfants (4 filles et un garçon). Les autres sont parties en vacances à Windhoek ou Swakopmund. Les vacances scolaires sont la raison de la présence des plus grandes filles. Habituellement, elles sont à l’école en internat, loin de leur village. Elles rentrent rarement chez elles. J’avoue que nous ne nous attendions pas à aller au village. Nous sommes autant gênés et intimidés que les enfants. Les parents, eux, ont l’habitude de recevoir des visiteurs. Ils nous demandent d’où nous venons. C’est vrai qu’en Namibie, ils voient surtout des touristes Allemands. Lorsque nous répondons que nous venons de France, le papa enchaîne directement sur notre victoire à la Coupe du Monde et sur l’équipe de France de football ! De quoi briser la glace !

Village Madisa

Progressivement les enfants deviennent plus souriant et finissent carrément par se lâcher et nous demandent des jouets.

Village Madisa

Je n’avais pas du tout prévu ce genre de rencontre, je n’ai rien emmené avec moi en balade. Mais je leur propose de nous raccompagner au camp où j’ai des sucettes et de quoi faire des photos.

Nous voici repartis vers notre campement en charmantes compagnie ! La grande sœur accompagne ses 2 petites sœurs. Nous sommes même escortés par le chiot. Bien que l’anglais soit la langue officielle, il est difficile de communiquer avec elles. Nous nous conterons d’échanger quelques mots et des sourires. Pendant ce temps, Vince et notre guide qui nous précèdent, sont en grande discussion.

Madisa Camp

Madisa Camp

Madisa Camp

Arrivés à notre emplacement, j’offre aux fillettes plusieurs sucettes et je les prends en photo avec l’Instax Mini. Même le guide veut une photo ! Elles repartent ensuite vers le village, le chiot toujours sur leurs talons. Quelle vie !

Madisa Camp

Nous nous dépêchons de prendre une douche avant qu’il ne fasse nuit. D’autant plus que l’orage menace au loin. Je me hâte de façon à ne pas avoir de lumière à allumer. Je n’ai pas envie d’attirer tous les insectes aux alentours !

Pendant ce temps, Vince lance le barbecue. Il y a beaucoup de vent ce soir, ça complique un peu la manœuvre. Mais comme toujours, il y arrive !

 

Madisa Camp

Nous dînons de steak, chips (Simba, ça s’invente pas !), maïs et tomates cerises éclairé à la bougie … citronnelle. Cette dernière a du mal à rester allumée à cause du vent. On sent que l’air se charge d’électricité. Nous espérons que l’orage nous épargnera et passera plus loin.

Après le repas, rapide vaisselle et au lit ! Les insectes volants ne nous incitent pas à rester flâner plus longtemps. C’est la seule et unique fois en Namibie où nous nous sentirons importunés pas les bestioles. C’est peut-être dû l’orage …

Quoi qu’il en soit, la nuit fut très bonne ! Nous nous réveillons, toujours avec ces gros nuages menaçant à l’horizon. Le lever de soleil est très particulier mais magnifique.

Madisa Camp

Nous prenons notre petit déjeuner, une douche et plions le camp. Nous avons prévu une visite avant de nous diriger vers notre prochaine étape.

Twyfelfontein

Si nous avons fait étape à Madisa Camp, c’est parce qu’il se trouve à 50 km d’un site à ne pas manquer en Namibie : Twyfelfontein. C’est un très célèbre site de peintures rupestres. Nous ne tardons pas à reprendre la route. L’idéal est de faire cette visite tôt le matin afin d’éviter la chaleur écrasante du Damaraland.

Itinéraire Twyfelfontein

Namibie

Twyfelfontein

Twyfelfontein

Nous arrivons au parking (couvert) aux alentours de 9 h et sommes accueillis par un homme qui se présente comme Denzel Washington (nous avions déjà eu un John Tabasco à Sesriem) qui note les informations concernant notre véhicule. Il faudra penser à garder du cash pour lui laisser un tips en repartant.

Twyfelfontein Parking

Nous nous dirigeons ensuite vers l’accueil du site. Nous payons un droit d’entrée en cash (prix dérisoire) et attendons qu’un guide se libère. Ce dernier est payé au pourboire en fonctionne de la satisfaction de la visite. Les visites du site de peintures rupestres ne se font qu’avec guide et en anglais.

Twyfelfontein

 

Twyfelfontein accueil

Twyfelfontein bar

Plusieurs chemins partent de l’accueil. J’imagine que différents tours sont possibles.

Twyfelfontein

Twyfelfontein

Nous partageons la visite avec une famille espagnole. C’est parti pour 1h de découverte de peintures rupestres datant de 6 000 ans.

Twyfelfontein

Nous passons tout d’abord devant ce qu’il reste de la maison de la famille qui habitait ces terres.

Twyfelfontein

Puis nous nous commençons notre visites du site à proprement parler.

Twyfelfontein

Twyfelfontein

Moi, je traîne toujours en fin de cortège afin de faire des photos. J’entends peu les explications du guide, mais tant pis. Je capte l’essentiel.

Twyfelfontein

C’est plus de 2 000 peintures qui sont répertoriées sur ce site archéologique. Le tour guidé est bien rodé. Nous croisons plusieurs autres groupes accompagnés de leur guide. La visite est rapide et se fait sous une chaleur écrasante. Nous sommes pourtant arrivés à à 9h. Cette visite est à privilégier le matin. Aux heures les plus chaudes de la journée, ce doit être particulièrement infernal. D’ailleurs notre guide nous précise qu’il n’a pas plu une goutte d’eau en 1 an ici. Malgré tout, nous avons tout de même croisé de la vie !

Twyfelfontein

Twyfelfontein

Twyfelfontein

Twyfelfontein

Nous finissons notre visite au bar situé à l’accueil pour nous rafraîchir d’un soda frais avant de reprendre la route vers la prochaine étape de notre road trip.

 

Dans le secteur, il est également possible de visiter Organ Pipes et  Burnt Mountain. Nous passons notre tour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *